Currently set to Index
Currently set to Follow

Conseils pour venir en aide à un joueur excessif.

Discussion dans un parc Venir en aide à un joueur excessif demande de la préparation, mais aussi de s’entourer de beaucoup de précaution, pour être vraiment utile.

 

 

 

Avertissement pour qui souhaite aider un joueur excessif :

  • Avant d’offrir son aide, il faut d’abord aller bien !
  • Etre claire et direct avec le joueur excessif.
  • Faire la distinction entre le comportement de joueur excessif et la personnalité.
  • Quelque soit la force de votre engagement pour venir en aide à un joueur excessif, vous devez prendre soin de vous, vous ménager des instants de repos, prendre le temps de voir d’autres personnes, de parler de votre situation avec des personnes de confiances et d’écouter leurs conseils.
  • Ne pas chercher à assumer à la place des autres, chacun sa responsabilité !
  • Ne pas se sentir responsable de ce qu’on a pas fait.
  • Ne pas accuser le joueur excessif de tous les maux.
  • Ne pas culpabiliser ou avoir honte.
  • Respecter ses propres limites et dire qu’on les atteint si cela arrive.
  • Ne pas craindre de dire NON.
  • Ne pas chercher à tout contrôler.
  • Accepter la réalité, ne pas se mentir.
  • Ne vous oublier pas !

Il est important de respecter ses règles sans quoi votre engagement pourrait bien aggraver la situation pour le joueur excessif, pour vous même comme pour son entourage. Quand vous serez prêt, vous pourrez passer à l’action.

Face au joueur excessif :

  • Guettez le moment opportun: Le moment ou le joueur excessif à un doute sur sa manière de jouer, s’il exprime un regret au sujet de son habitude de jeux ou de ces conséquences, s’il fait le premier pas et demande de l’aide, c’est peut-être le moment de parler du problème du jeu excessif.
  • Montrez-vous compréhensif et à l’écoute tout en soulignant justement et le plus clairement possible des faits (pertes d’argent, absentéisme au travail…) ou des comportements qui vous inquiètent, mais en restant calme et posé (tout énervement, leçon de morale, condamnation est à proscrire).
  • Sachez interroger, montez de l’intérêt pour la personne en évitant de donner le sentiment de la juger.
  • Restez attentif au comportement du votre interlocuteur pendant cette discussion.
  • Parlez des répercutions du jeu sur l’entourage, faites comprendre que l’entourage en subit les conséquences tout en vous gardant de toute attaque ou reproche.
  • Parlez de la manière dont vous vivez la situation en vous exprimant en votre nom ( «je ressens…j’éprouve…»), en ne redoutant pas d’être subjectif.
  • Eviter le conflit, la dispute, les sermons, les discours moralisateurs, les accusations, toute colère, qui enveniment la situation, empêchent tout échange constructif.
  • Si le ton de la discussion s’échauffe, reportez-la vite avant que la situation ne dégénère.
  • Il est possible que plusieurs séances de discussion soient nécessaires pour avancer. Il faut d’abord que le joueur excessif prenne conscience qu’il a un problème pour pouvoir ensuite tenter de le résoudre.
  • Quand le dialogue est noué, proposer les coordonnées des professionnels (institutions, associations, groupes de joueurs anonymes, psychologues, psychanalystes…) et proposez d’accompagner le joueur à un rendez-vous si vous sentez que ce geste peut le conforter.
  • Il faut chercher à planifier autant que possible l’emploi du temps du joueur conpusif afin qu’il n’ait pas de moment d’oisiveté ni d’ennuie.
  • La discussion doit permettre de négocier un arrêt complet du jeu qui permettra d’autres changements,
  • une révision de la façon de gérer les finances, un nouvel investissement du joueur dans la vie domestique, l’émergence de centres d’intérêts différents ou d’autres formes de loisir.
  • Il est important de faire entendre vos attentes.
  • Les nouvelles règles doivent être aussi raisonnables que ferme. Ces nouvelles règles seront mieux appliquées si elle sont le résultat d’accords conclus dans un climat apaisé et non arrachés à la suite de menace, ultimatum ou chantage.
  • La pratique d’autres activités satisfaisantes à ceci d’intéressante qu’elle permet de retrouver des sensations presque oubliées, mais aussi de prendre de la distance face au jeu.
  • Pour réussir ce changement de vie, vous pouvez soutenir la personne qui à un problème avec le jeu en l’encourageant, en la félicitant pour chacune de ses avancées, en reconnaissant ses qualités.
  • Demander au joueur excessif de lister toutes les activités qu’il pratiquait avec plaisir avant de jouer.
  • Faire aussi une liste écrite de toutes les résolutions prises et si possible établir un calendrier de leur mise en place. Ces résolutions consultables seront une base tangible à laquelle il sera possible de se référer.
  • Rappelez-vous que le processus entreprit est long et difficile et que des moments de rechutes peuvent exister.Les rechutes surviennent souvent à la suite de période de stress. Il faudra apprendre à reconnaître, à anticiper, puis à gérer ces périodes de stress. Malgré les rechutes, chaque nouvelle tentative rapproche de la libération de la dépendance. Il est possible de tirer des leçons des échecs passés et ces leçons permettent de mieux appréhender le présent ou le futur (ne serait-ce que pour ne par connaître deux fois les mêmes erreurs).
  • Il faut prendre, en concertation avec le joueur excessif, des mesure pour éviter les situations à risque comme par exemple éviter d‘avoir dans son entourage des joueurs qui pourraient entraîner celui qui essaie d’arrêter.
  • Il est impératif d’apprendre à repérer quand arrivent les signes d’une très forte envie de jouer pour pouvoir établir des freins efficaces. Un des freins peut consister par exemple à parler de cette envie forte à un proche. Cette simple déclaration peut parfois faire renoncer le joueur dépendant.
  • En cas de période de fort stress, il serait bon de trouver une activité apaisante et divertissante.

Face aux enfants :

  • Restez attentif aux enfants et prendre soin d’eux, continuer de leur témoigner de l’affection.
  • Etre à l’écoute de ce qu’ils ressentent, de leurs sentiments, de leurs angoisses, les rassurer sans leur mentir sur la situation.
  • Expliquer la situation aux enfants avec des mots et des concepts qu’ils peuvent comprendre.
  • Leurs dires qu’il y a un problème et que les personnes adultes travaillent à le résoudre.
  • Expliquer aux enfants qu’ils n’ont pas de rapport avec le problème, et que c’est aux adultes et uniquement à eux de s’en occuper.
  • Faire comprendre aux enfants que des solutions existent et que les adultes les mettent en œuvre mais que cela peut être long.
  • Il est possible d’expliquer et de donner des exemples concrets aux enfants que leurs parent ont décider de changer certains aspects de leurs vie.
  • Il est possible d’expliquer aux enfants que le problème de jeu excessif n’est qu’une facette de personnalité du parent et que ce parents a beaucoup d’autres facettes qui elles sont plus appréciable.
  • Il faut continuer à donner des repères et offrir de la stabilité aux enfants, surtout pendant les périodes difficiles.
  • Il peut être appréciable de permettre aux enfants de pouvoir parler de la façon dont ils vivent ou ressentent la situation avec une personne extérieur à la cellule familiale et qui saura les écouter.
  • Si le comportement des enfants semble perturbé par les difficultés rencontrées par les parents, il ne faut pas hésiter à consulter un psychologue.

Pour améliorer l’état des finances :

  • Il faut contrôler toutes les dépenses et assurer un suivi régulier.
  • Changez les codes et numéros de comptes en accord avec le joueur pour que je joueur n’y aie plus accès seul.
  • Après négociation avec le joueur, il serait souhaitable que le joueur confie la responsabilité de ses compte bancaires à un tiers (conjoint, parent proche, responsable désigné par un organisme social) pendant une période transitoire et que lui n’ait accès qu’a l’argent nécessaire aux dépenses courantes.
  • Fixer un seuil précis de retrait hebdomadaire ou journalier si besoin.
  • Automatiser les dépenses fixes (loyer, dépense d’énergie, téléphonie…) en optant pour des prélèvements automatiques.
  • Opter pour un compte nécessitant deux signatures pour obtenir un retrait.
  • Il est important (pour la prise de conscience de sa responsabilité) que personne d’autre que le joueur excessif ne rembourse ses dettes.
  • Prendre rendez-vous avec le banquier ou un organisme spécialisé dans le domaine de l’endettement pour trouver des solutions (rééchelonnement de la dette, limitation d’accès au compte…).
  • Ne plus autoriser de découvert.
  • Ne plus jouer pour tenter de récupérer les pertes.
  • Continuer à travailler ou trouver un emploi rapidement pour commencer à rembourser ses dettes, pour retrouver une situation plus stable, pour diversifier ses relations sociales, reconsidérer la valeur de l’argent et du travail, regagner l’estime de soi.

 

Cate Bleue et monaie
À votre avis, les infos de cette page sur les jeux vous ont-elles été utiles ?
[Total: 16 Moyenne : 4.3]
dolor. commodo mattis quis risus Nullam commodo libero libero.