Winamax n’est pas casino, c’est un opérateur de poker et de paris sportifs.

Winamax casino. “Winamax est un casino en ligne”. C’est ce que pensent certaines personnes mal informées. En effet, Winamax n’est pas un casino en ligne, c’est un opérateur de jeux en ligne qui propose du poker online et des paris sportifs, mais aucun jeu de casino tel que le Baccarat, la roulette, le bandit manchot et autres jeux de hasard pur. Certes, on trouve parfois le poker parmi les jeux proposés dans les casinos terrestre et en ligne, mais  proposer du poker ne suffit pas pour être qualifié de casino. La distinction est importante, car en France, la législation sur les jeux d’argent et très stricte. Les casinos en ligne sont tout simplement interdits en France. Pour ce qui est de l’activité terrestre, c’est-à-dire dans des casinos physiques, l’activité est très réglementée. La société Winamax en a d’ailleurs fait les frais en 2018, puisqu’un groupement de possesseurs de casinos a réussi à empêcher le Winamax Poker Tour (édition 2018) de proposer des étapes live dans les grandes villes de France, comme c’était le cas depuis 2011. Entre les propriétaires de casinos et Winamax, ce n’est donc pas forcément le grand amour en France, pour l’instant.

  Je joue avec Winamax   Je joue avec Winamax

Les casinos, Winamax et le poker en ligne en France :

En 2010, la France décida d’ouvrir le marché des jeux en ligne à la concurrence et elle permit aux opérateurs d’obtenir une licence, si ceux-ci respectaient un cahier des charges précis établi par l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne). Ce fut alors la ruée vers les licences,  tout le monde en voulait une ! Beaucoup d’opérateurs se sont alors lancés dans l’aventure, si bien que plus d’une trentaine de licences ont été délivrées, rien que pour le poker en ligne. Certains opérateurs étaient très légitimes comme Winamax ou PokerStars et d’autres étaient présents uniquement par opportunisme (Sajoo, Winga, Pokersubito, MyPok, Eurosportpoker, etc.). Parmi les nouveaux acteurs qui se sont lancés dans l’aventure, il y avait aussi beaucoup de casinos dont le groupe Partouche, le groupe Barrière, le groupe JOA et quelques casinos indépendants qui ne doutaient de rien, surtout pas du succès, avec notamment poker83. Après quelques années, il ne reste plus que 7 salles de poker en ligne légales en France, mais parmi elles, aucune ne possède un casino terrestre dans l’hexagone. Après coup, quand on analyse les causes des échecs commerciaux, on se rend compte qu’aucun n’avait l’expertise suffisante, ni les reins financiers adéquats, ni même une stratégie un tant soit peu intelligente. En plus des raisons internes, il y avait aussi des raisons externes comme le cadre législatif français très restrictif  et le cadre fiscal très désavantageux pour les rooms online.

Pourquoi Winamax a mieux réussi que les casinos ?

Avant que le marché du poker en ligne soit ouvert en France, certains opérateurs avaient déjà une longueur d’avance sur la concurrence.  En effet, des opérateurs comme Winamax, PokerStars, Bwin, Chili-poker, Full Tilt, PKR et quelques autres, avaient déjà de nombreux clients en France. Tous jouaient sur le .com. Winamax a développé, depuis 2006, une stratégie basée sur la communauté. Cette stratégie de communauté n’a cessé d’être développée depuis. C’est-à-dire que les joueurs se retrouvaient sur le forum de Wam-poker, ils pouvaient suivre les aventures du team pro, profiter des conseils et des vidéos des joueurs pros, etc. Depuis 2010, cette stratégie de communauté s’est encore plus développée. Elle a rendu l’opérateur très populaire parmi les joueurs de l’Hexagone. Winamax a compris que  les joueurs ne sont pas que des clients. Ce sont aussi des passionnés de poker qui aiment échanger, progresser, s’affronter, se retrouver. C’est probablement l’enseignement le plus important que n’ont pas compris la plupart des opérateurs qui ont aujourd’hui disparu, comme les casinos.

Bien sûr, Winamax a également créé un programme propriétaire de qualité, de toute pièce, il a utilisé un marketing souvent adapté. La marque au W rouge a profité de l’excellente image de Patrick Bruel, elle a su proposer une application disponible sur Android, iOS et même Windows Phone. Elle a proposé un logiciel compatible PC, MAC et Linux, ainsi qu’une version pour navigateur internet.  L’opérateur s’est montré très créatif en matière de nouvelles variantes, en imposant l’Expresso (copié par les autres), elle a également mis à disposition des joueurs beaucoup de freerolls (une douzaine par jour), ou encore des rencontres live comme le Winamax Poker Tour, le Winamax Poker Open, le Winamax Club Trophy, le Sismix, tout en restant ouverte et à l’écoute de la communauté. Winamax a su créer une véritable stratégie de marque (généreuse), qui a fait son succès.

Beaucoup d’autres opérateurs, dont ceux créés par des groupes de casinos n’ont pas compris qu’il ne s’agissait pas simplement d’offrir aux joueurs un logiciel de jeux, mais d’entretenir la passion pour ce jeu.

Winamax vs casino :

De 2011 à début 2018, Winamax a organisé chaque année un grand tournoi appelé le Winamax Poker Tour. Pour participer à ce grand tournoi, il fallait être inscrit sur le site internet de Winamax, puis se qualifier en ligne dans un sit and go Starting Block, puis dans un tournoi Tremplin (toujours online), afin de participer à l’une des étapes en live qui se déroulaient dans une quarantaine de grandes villes de France, avant de pouvoir participer à la grande finale qui avait lieu au Cercle Clichy Montmartre à Paris. Cet ensemble de sit and go et de tournois se tenait pendant plusieurs mois et permettait aux joueurs de se retrouver et de s’affronter, pour un prize pool final garanti de 500 000 €. Mais ces compétitions ne furent pas du goût de plusieurs casinotiers (regroupés en syndicats) qui s’allièrent pour attaquer la marque au W rouge, en justice, l’accusant de tenue de maison de jeu illégal.  Après plusieurs épisodes judiciaires, la cour d’appel de Paris a finalement donné raison aux casinotiers réunis, estimant que les joueurs participaient aux tournois contre un “sacrifice financier” qui constituait une “contrepartie financière”, même indirect. La cour d’appel de Paris a également déterminé que le prize pool constituait un « enjeu financier ».

Après cette décision de justice, la marque au W rouge à tirer la conclusion qui s’imposait :  supprimer les étapes live pour l’édition 2018.

Comme beaucoup de joueurs, je regrette que le Winamax Poker Tour ne puisse pas se tenir en 2018.  Cependant, j’espère que pour les années suivantes, Winamax pourra s’entendre avec des casinos de France pour pouvoir continuer à proposer des tournois en live dans l’Hexagone.

Un peu de hasard chez Winamax :

 La marque au W rouge propose des jeux autour du poker dans lesquels le hasard intervient de manière majoritaire. Il s’agit par exemple du Bingo, un jeu de hasard,  lié au cash game, dans lequel le joueur tente de remplir une grille avec les cartes qui lui sont distribuées. Si la grille est remplie, le joueur se voit attribuer de manière aléatoire une récompense en argent réel par Winamax. Il arrive souvent, dans un casino, que le Bingo soit présent parmi les jeux des machines à sous. Mais dans ce cas, il s’agit d’un jeu à part entière,  alors que chez Winamax, c’est un supplément gratuit au jeu principal.

Winamax a inventé un format très particulier de sit and go. Il s’agit du sit and go Expresso.  C’est un sit and go à 3 joueurs dont le prize pool est déterminé de manière aléatoire, par une roulette, comme dans un casino, avant chaque début de partie. Chez Winamax,  le prize pool peut correspondre à deux fois, jusqu’à 10 000 fois la mise de départ.

Ces jeux dans lesquels le hasard a beaucoup d’importance ont été créés spécialement pour les joueurs récréatifs, un peu gambleurs, sur les bords.

Les informations de cette page vous ont-elles été utiles ?
[Total: 16 Moyenne : 4.4]
 
 
Première publication, le .

Auteur : Fred pour ludo9.com

 

À lire aussi :

 
 
winamax-casino-181024