Poker en ligne gratuit ou en argent réel. Jouer au poker online.

Table de poker en ligne. Pour jouer au poker en ligne, il vous faut un ordinateur ou un smartphone ou encore une tablette et une connexion Internet. En effet, le poker en ligne désigne toutes formes de poker qui se pratiquent à l’aide d’un appareil informatique (ordinateur,  smartphone, tablette) connecté à Internet et dans lesquelles se confrontent des joueurs humains entre eux, dans une partie ou un tournoi de poker. Lorsque vous êtes équipé du matériel informatique nécessaire, vous pouvez jouer au poker en ligne en vous inscrivant dans l’une des 7 salles de poker online légales en France.  Il faut savoir qu’en France, le poker en ligne est légalisé depuis 2010 et que seulement 7 opérateurs disposent actuellement d’une licence (obtenu auprès de l’ARJEL). Cette licence leur permet de proposer une dizaine de variantes différentes dont le Texas Hold’em Poker ou l’Omaha à tous les joueurs majeurs résidents en France. Le poker en ligne peut se pratiquer en téléchargeant un logiciel sur son ordinateur,  en jouant dans un navigateur internet, c’est-à-dire sans téléchargement de logiciel, ou encore en téléchargeant et en installant une application sur son smartphone ou sa tablette. Quel que soit son matériel informatique, un joueur commence par s’inscrire sur le site internet de la salle de poker en ligne. Il peut ensuite télécharger le logiciel ou l’application où débuter une partie directement dans un navigateur internet. Les joueurs ont ensuite la possibilité de jouer gratuitement en mode “play money” ou de  miser de l’argent en utilisant le mode à “real money”. C’est à chacun de choisir s’il préfère jouer pour le plaisir, gratuitement, pour apprendre ou en mettant de l’argent en jeu (il faut savoir que les parties en argent réel sont disponibles à partir de 10 centimes le buy-in ou la cave, selon les opérateurs). Si vous êtes débutant, je vous recommande, pendant quelque temps, au moins, de ne jouer qu’en mode play money ou de participer à des freerolls (tournois gratuits dont les premières places sont payées en argent réel), car un temps d’adaptation aux règles, à l’environnement de jeu, aux adversaires, au rythme de jeu est nécessaire.  En effet, quand on joue au poker en ligne, on ne voit pas ses adversaires, le jeu est rapide, on doit se fier aux données de jeux, être attentif aux patterns. C’est un jeu probablement plus technique, plus mathématique que celui qui se pratique en live, dans laquelle la dimension physique compte beaucoup. Bien qu’il s’agisse du même jeu, les différences entre poker online et en live sont assez nombreuses.

Dans cet article, je vais vous parler de ce qui fait la spécificité du poker en ligne,  c’est-à-dire celui qui se joue sur Internet, par rapport au jeu en live (en face à face).

Je vais revenir sur les raisons qui ont fait le succès du poker sur internet. Enfin, je vais aborder plusieurs aspects d’une question cruciale, d’un point de vue pratique : comment jouer au poker en ligne, légalement, en France ?

Les spécificités du poker en ligne :

Jouer sur une site de poker agréé ARJEL. Le poker en ligne a beaucoup de particularités  par rapport au jeu en live. Il est notamment possible de jouer à tout moment, car il y a toujours des tables ouvertes 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur internet. On peut jouer au poker en ligne depuis chez soi  tranquillement installé devant son ordinateur, en déplacement et même à la terrasse d’une brasserie, grâce à son smartphone ou à sa tablette. Le poker online se pratique où on veut, quand on veut mais aussi comme on veut, car il existe beaucoup de variantes qui sont disponibles sur les sites de poker légaux en France (ce sont les sites qui ont reçu un agrément de l’ARJEL,  qui est l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne). Certains types de parties ont même été inventées par les opérateurs et ne sont disponibles qu’en ligne comme le go-fast de Winamax ou le Zoom de PokerStars (dans ce type de partie, dès que vous jetez (fold en anglais) une main, une nouvelle main vous est attribuée, ce qui permet de jouer beaucoup plus de mains que dans n’importe quelle autre sorte de partie). Sur internet, on rencontre des adversaires qu’on ne croiserait pas forcément au casino du coin. C’est encore plus vrai  avec le partage de liquidité qui permet aux joueurs français de jouer contre adversaires espagnols ou portugais. Non seulement les variantes sont nombreuses mais en plus, les limites sont accessibles facilement. Il est même possible de jouer gratuitement, c’est-à-dire sans argent, avec le mode “play money” dans toutes les salles de poker agréées ARJEL. Pour ceux qui apprécient de jouer au poker en ligne en misant de l’argent, les limites sont très larges puisqu’en micro-limite, il est possible de jouer à partir de 10 centimes et en hautes limites, les buy-in  peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros.

Le poker en ligne et aussi plus rapide sur internet qu’en live. Il faut dire que le mélange des cartes et automatique et il n’y a pas besoin d’attendre que le croupier brasse le paquet de cartes pour commencer une partie. De même que la distribution des cartes est d’automatique, le compteur de temps pour chaque joueur est impartial,  ce qui fait que les coups s’enchaînent très rapidement. Beaucoup de joueurs ont même pris l’habitude de participer à plusieurs parties en même temps (le multi-tabling serait très difficile à faire techniquement en live). En jouant plus de mains sur plus de tables en même temps, le volume de jeu peut être considérablement plus élevé en jouant online, ce qui permet d’accumuler une grande expérience un peu de temps.

Les joueurs débutants apprécient particulièrement de jouer au poker en ligne, car ils disposent d’outils qui leur permettent de progresser (tutos, quiz, vidéos,  articles de blog) à leurs rythmes et ils peuvent s’entraîner tout d’abord en mode argent virtuel, puis ils peuvent aussi participer à des freerolls (qui sont des tournois gratuits qui peuvent rapporter de l’argent aux joueurs qui terminent dans les places payées),  et ensuite débuter en micro limites, c’est-à-dire avec des enjeux financiers minimes (caves ou buy-in à partir de 0.10 euro). Quant aux joueurs qui ont plus d’expérience, ceux-ci peuvent à la fois ouvrir des tables de cash-game, des tables de sit and go ou encore de tournois, aux limites de leur choix.

Au poker en ligne, les joueurs ont la possibilité de gagner des tickets pour participer à des tournois en live dont certains sont très prestigieux comme les EPT, les WSOP de Las Vegas ou encore les tournois WPT. D’autres tournois  nationaux sont également accessibles via des satellites (tournois qualificatifs) online comme le Winamax Poker Tour (ce grand tournoi live propose une quarantaine d’étapes dans les grandes villes de France) ou encore le France Poker Open de PMU.

Le poker en ligne et son Histoire :

C’est en 1998 que les 2 premiers sites de poker  en ligne font leur apparition. Il s’agissait de PlanetePoker, puis de ParadisePoker.  Le rake prélevé par ces premières salles s’élevait à 5 % (le rake est le prélèvement effectué par la room sur les parties. Le modèle économique de toutes les salles de poker en ligne fonctionne depuis sur le principe du rake).  C’est rapidement devenu la norme, pour la suite, avec les autres salles de poker en ligne.

2001 : Naissance de 2 sites internet de poker qui sont ensuite devenus des leaders mondiaux :  il s’agissait de PokerStars et de PartyPoker.

2003 : L’essor du poker en ligne a été boosté par la victoire, au Main Event des WSOP de Las Vegas, d’un joueur issu des qualifications sur Internet, Chris Moneymaker.  Cette année-là, Chris Moneymaker s’était qualifié pour seulement 86 dollars (et pas 39 $, comme le raconte la légende) et il a remporté 2 500 000 dollars, en battant 830 participants.  Cette victoire de Chris Moneymaker a prouvé, au monde entier, pour la première fois, qu’un joueur de poker en ligne devenait capable de battre les meilleurs joueurs de live.

2009 : PokerStars organise le grand plus grand tournoi de poker en ligne payant en rassemblant 149 196 joueurs, qui tous avaient payés 1 $ pour participer à ce grand tournoi online.

En 2010, la France a ouvert à la concurrence, le marché des jeux en ligne pour le secteur du poker en ligne, des paris sportifs mais aussi des paris hippiques online. Cette ouverture avait plusieurs buts :  

  • Il s’agissait d’encadrer une activité qui par ailleurs existait déjà, mais en dehors de tout contrôle.
  • Il fallait créer un cadre législatif permettant de se mettre en conformité avec la réglementation européenne et de faire évoluer le droit français qui devenait obsolète sur les questions le jeu en ligne.
  • L’État avait un cœur d’obtenir de nouvelles rentrées fiscales sur des activités qui jusqu’alors lui échappaient en grande partie (l’état de prélever des taxes sur l’activité du PMU et la FDJ). À ce propos, l’État s’est bien servi puisque pour exemple, le rake moyen est passé de 5 % avant 2010 à 6.5 et parfois 7 % en cash game après 2010, sur les sites agréés ARJEL (ce taux de prélèvement exorbitant de l’État français (qui asphyxie progressivement ce secteur économique) n’a toujours pas baissé malgré les demandes répétées des opérateurs, des joueurs et de même de l’ARJEL).
  • L’état souhaitait que les acteurs du marché répondent à un cahier des charges permettant de lutter contre le blanchiment d’argent,  le risque d’addiction et se donnent les moyens de lutter efficacement contre toute forme de fraude (comme les paris truqués ou la collusion aux jeux de cartes).
  • Il fallait également que l’identité des joueurs puisse être contrôlée de façon à éviter que des mineurs puissent s’inscrire et jouer sur des sites d’argent en ligne.
  • Le législateur a prévu que les joueurs pourraient toucher leurs gains directement sur leur compte bancaire.

Il faut savoir qu’en France, le prélèvement au poker est effectué directement sur les mises des joueurs et non sur le produit brut des Jeux (PBJ).  Sur le Texas Hod’em et les autres variantes, le prélèvement de l’état est de 2 %, sur les paris sportifs il est de 8,5 % et sur les paris hippiques il est de 15,5 %. Lors de la loi de 2010, le législateur a prévu un taux de retour moyen aux joueurs entre 80 et 85 %.  

Dans la loi de 2010, une clause prévoyait une évaluation après 2 ans et un éventuel ajustement du taux de taxation.  Mais depuis 2010, il n’y a pas eu une seule évaluation du taux de taxation et celui-ci est resté inchangé, malgré les observations et les demandes répétées de l’ARJEL (notamment dans ses rapports), des joueurs et des opérateurs. L’État français, depuis 2010, est en train de tuer, petit à petit, le poker en ligne et plus généralement l’industrie des jeux d’argent en ligne, en ne prenant pas en compte l’avis pourtant éclairé des acteurs et professionnels du secteur.

En 2016, l’ARJEL autorise de nouvelles variantes telles que le Pot-Limit Omaha (High-Low), le Stud, le Pot-Limit Omaha (5 cartes), le Razz, le Limit Omaha High-Low, le Dealer Choice, le Stud High-Low, le 2-7 Triple Draw, le 8-game et le  H.O.R.S.E. Il faut dire qu’entre 2010 et 2016, seuls le Texas Hold’em Poker et l’Omaha étaient autorisés en France.

En 2018, le partage des liquidités est devenu une réalité. Jusqu’en 2018, les marchés régulés du poker en ligne européen étaient cloisonnés,  c’est-à-dire que les résidents français n’avaient la possibilité de jouer que contre d’autres résidents français, les résidents espagnols ne pouvaient jouer que contre des résidents espagnols, etc. Le partage des liquidités a été rendu possible suite à des accords entre les  organismes régulateurs de différents pays de l’Union européenne. Dans ces accords, la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie vont, à terme, partager leurs marchés du poker. Pour l’instant, seuls la France, l’Espagne et le Portugal permettent à leurs résidents nationaux de s’affronter. La mise en commun des liquidités était demandée depuis longtemps par les joueurs, les opérateurs, ainsi que l’ARJEL.  Il a fallu pourtant plusieurs années pour que les régulateurs des différents pays réussissent à s’entendre, car les législations nationales sur les jeux en ligne sont très différentes les unes des autres. Il fallait donc trouver des points de convergence.

Comment jouer au poker en ligne, légalement, en France ?

Les sites de poker en ligne légaux en France :

En France, depuis 2010, le poker en ligne est légalisé en France. Cela signifie que les opérateurs qui ont obtenu une licence auprès de l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux En Ligne) sont autorisés à proposer plusieurs variantes de poker en ligne aux joueurs majeurs résidents en France. Il y a actuellement 7 sites de poker en ligne qui sont autorisés en France.  Il s’agit de :

  1. Winamax,
  2. PokerStars,
  3. BetClic,
  4. PMU,
  5. Unibet,
  6. Bwin,
  7. PartyPoker.

Voir le comparatif des sites de poker en ligne légaux en France.

Afin d’acquérir une licence et ensuite de la conserver, chacun des opérateurs agréés ARJEL doit respecter un cahier des charges très strict qui impose notamment  :

  • De garantir les fonds déposés (avoirs) par les joueurs,
  • De garantir la sécurité des transactions,
  • d’assurer l’équité des distributions de cartes (le caractère aléatoire  de la distribution de cartes doit être certifié par des organismes indépendants),
  • De donner accès aux informations de jeux tels que le niveau des blindes, l’historique de jeu, les gains ou les pertes en fin de session, le temps de chaque session.
  • La possibilité de virer les gains de façon automatique sur un compte bancaire, à partir d’un seuil déterminé par le client.
  • De proposer une information claire  sur les risques d’addiction et des liens  vers des organismes d’aide aux joueurs en détresse.
  • La possibilité d’auto-exclusion.

 

Les sites poker en ligne ARJEL.

Ces chiffres sont issus des rapports successifs de l’ARJEL.

 

La distribution des cartes au poker en ligne :

Au poker en ligne, la distribution des cartes est réalisée de manière aléatoire au moyen d’algorithmes de Génération de Nombres Aléatoires (GNA).  De plus, aucun tiers ne doit pouvoir pénétrer le système de génération de nombres aléatoires afin d’en prendre le contrôle. Toutes les salles de poker agréées ARJEL doivent faire vérifier et certifier le caractère aléatoire et sécurité de la distribution des cartes par des organismes indépendants. Ce point est vital, car il garantit à chacun qu’il est traité de la même façon.

Quel est le système économique des salles de poker en ligne ?

Les salles de poker en ligne se rémunèrent en fonction du rake, qu’on appelle aussi prélèvement. Dans une partie de cash game, le rack est prélevé sur chaque pot gagné au-delà du flop.  Le rake moyen et en cash game et de 6,5 % ou 7 % (dont 2 % pour l’État), selon l’opérateur. Le rake ne peut cependant dépasser un certain niveau qu’on appelle le cap. Dans un sit and go ou un tournoi, une partie du buy-in revient à l’organisateur de la partie. Le rake pratiqué par chaque opérateur est affiché sur le site internet de celui-ci, mais aussi dans les informations complémentaires du lobby. Voici un exemple pour un tournoi dont le buy-in (prix d’entrée) est à 1 € chez Winamax. 90 centimes  vont alimenter le prize pool (total des sommes reversées aux joueurs qui terminent dans les places payées) et 10 centimes correspondent au prélèvement. Il faut savoir que sur le prélèvement de 10 centimes, une partie revient là aussi à l’état français.

Les types de parties de poker autorisés :

Il existe 4 types de parties de poker :  le cash game, le mode tournoi, le mode sit and go et les freerolls.

Dans une partie de cash game, les blindes restent fixent. Chaque joueur peut s’asseoir ou il le souhaite, dès l’instant qu’un siège est libre, à une table de cash game. Un joueur se lever et peut quitter une table à tout moment. Si un joueur perd tous ses jetons (ou seulement  quelques-uns), il a la possibilité de recaver jusqu’à un montant maximum.

Dans un tournoi, le  montant des blindes augmente à chaque niveau (level en Anglais). Un niveau dure un temps défini à l’avance.  Ce temps peut être de 3 minutes ou de 30 minutes, par exemple. Cette augmentation régulière des blindes oblige les joueurs à ajuster leurs manières de jouer en fonction du nombre de blindes que représentent leurs tapis.  Par exemple au début du tournoi, si je dispose de 10 000 jetons, et que les blindes sont à un niveau 50/100, mon tapis est équivalent à 100 big blindes. Puis, au niveau suivant, lorsque les blindes de passent par exemple à 75/150, si le montant de mon tapis reste inchangé, je ne dispose plus que d’environ 67 big blindes, etc. Plus tard, dans le tournoi, lorsque les blindes arrivent à 500/1 000 et si mon nombre de jetons est toujours 10 000, mon tapis ne représente plus que big blindes.

Outre l’augmentation des blindes, dans un tournoi,  aucun joueur ne choisit sa place. Elle lui est attribuée de façon aléatoire avant que ne commence la partie.  Un joueur sort du tournoi lorsqu’il a perdu tous ses jetons ou lorsqu’il est arrivé sur la première marche du podium. Généralement, un tournoi dure plusieurs heures, voire plusieurs heures par jours pendant plusieurs jours, pour les grands tournois.  À part les tournois rebuy (pendant plusieurs niveaux, les joueurs ont quelques fois la possibilité de revenir dans le tournoi, en s’acquittant d’un nouveau buy-in), les joueurs ne peuvent pas revenir dans un tournoi après leur élimination. Un tournoi débute à une heure précise et un jour précis,  tous deux connus à l’avance. Le nombre de joueurs participants à un tournoi peut atteindre plusieurs milliers. Lorsque les joueurs jouent en mode argent réel, le prize pool (montant attribué aux joueurs gagnants) récompense en général entre 10 % et 20 % des participants. Le prize pool peut facilement atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros, voir plus d’un million d’euros en fonction du buy-in et du nombre d’inscrits.

Un sit and go fonctionne sur le même modèle qu’un tournoi, c’est-à-dire que les montants des blindes augmentent à chaque niveau. En revanche, le nombre de participants est volontairement limité entre 2 et 50,  tout au plus. Dès que le nombre de participants prévus est atteint, le sit and go commence aussitôt.

Un freeroll fonctionne exactement sur le même principe que celui d’un tournoi à la différence, qu’aucun joueur ne paie de droit d’entrée.  En effet, il n’y a pas de buy-in à payer pour participer à un freeroll. En revanche, il ne faut pas traîner, car le nombre de places est limité. Dès que les inscriptions sont ouvertes,  en quelques minutes, des centaines, voire des milliers de sièges sont pris d’assaut. Dans un freeroll, les joueurs qui terminent dans les places payées gagnent de l’argent réel. Cela peut aller de quelques centimes d’euro pour les dernières places à plusieurs centaines d’euros pour les gros freerolls, voire plusieurs milliers d’euros, pour les freerolls exceptionnels.

Les différentes variantes autorisées :

La plus connue et la plus pratiquée de toutes les variantes est le Texas Hold’em No Limit Poker sur Internet. Mais il en existe beaucoup d’autres.  Depuis 2016, il est possible de pratiquer plus d’une dizaine de variantes différentes, dans les salles de poker online agréées ARJEL.

  • Texas Hold’em Poker,
  • Pot-Limit Omaha (High-Low),
  • Pot-Limit Omaha (5 cartes),
  • Limit Omaha High-Low,
  • Stud,
  • Razz,
  • Stud High-Low,
  • 2-7 Triple Draw,
  • Dealer Choice,
  • 8-game,
  • H.O.R.S.E.

Plusieurs variantes telles que Texas Hold’em Poker peuvent être jouées de différentes manières comme en no limit, en limit, en pot limit, en jeu mixte.

 

Capture d'écran d'une salle de poker en ligne agréée Arjel

 

Les critères de choix d’une salle de poker en ligne :

Plus haut, vous avez vu qu’il existe 7 salles de poker sur internet légales en France, mais toutes n’offrent pas exactement les mêmes services.  Ici, je ne vais pas vous dire quelle est la meilleure salle de poker en ligne, mais je vais vous donner des outils qui vous permettront de trouver celle qui est la plus adaptée à vos besoins.  Si vous hésitez, rien ne vous interdit d’ouvrir un compte joueur chez plusieurs opérateurs, histoire de vous faire votre propre avis (c’est ce que j’ai fait moi-même).

  • Le matériel informatique dont vous disposez est le critère le plus important à prendre en compte.  En effet, si vous disposez d’un PC récent, les 7 opérateurs peuvent vous convenir. Idem si vous disposez d’une tablette ou d’un smartphone équipé d’Android ou d’IOS (Apple),  il n’y a aucune restriction, car les 7 sites de poker online proposent une application à télécharger. Mais si vous disposez d’un ordinateur de type Mac ou Linux, l’éventail des possibilités est plus restreint. Idem si vous êtes équipé d’un smartphone fonctionnant avec Windows Phone. Si vous voulez télécharger un logiciel de poker sur votre ordinateur Mac, vous avez le choix entre Winamax, PokerStars, PMU, Bwin et PartyPoker. Depuis un PC, un Mac ou un ordinateur sous Linux, vous avez la possibilité de jouer sans téléchargement, c’est-à-dire directement dans votre navigateur internet en utilisant Winamax, BetClic, Unibet ou encore Bwin. Les possesseurs d’appareils Windows Phone ou d’ordinateur fonctionnant avec Linux ne peuvent se tourner que du côté de Winamax pour télécharger un programme permettant de jouer au poker en ligne.
  • Tous les sites de poker en ligne agréés ARJEL proposent un bonus de bienvenue aux nouveaux joueurs.  Le bonus est une somme d’argent (500 euros maximums) qui est offerte aux nouveaux venus à condition qu’ils participent à un certain nombre de parties en mode argent réel.  Les conditions d’obtention d’un bonus diffèrent d’une salle à l’autre, mais le principe général reste qu’il faut jouer pour gagner des points et ainsi débloquer le bonus de bienvenue dans un délai compris généralement entre 1 et 3 mois après l’inscription.
  • Le nombre de joueurs actifs dans une salle de poker sur internet est un élément déterminant à prendre en compte, car plus la fréquentation du site est importante et plus vous trouverez facilement et rapidement une ou plusieurs tables pour jouer au Texas Hold’em ou à toute autre variante plus exotique. Si beaucoup de joueurs sont inscrits dans une room, les prize-pools (total des montants versés aux joueurs qui parviennent dans les places payées) offertes dans les tournois sont aussi plus importantes. Le nombre de joueurs inscrits et aussi un indicateur de la popularité de la salle.  En effet, plus les joueurs sont nombreux et plus cela signifie que l’offre de jeux convient à beaucoup de monde. Les salles les plus fréquentées sont dans l’ordre Winamax, PokerStars, PMU, Bwin, PartyPoker, BetClic, Unibet.
  • La variété des parties va de pair avec le nombre de joueurs actif. Car plus  le nombre de joueurs inscrit dans une room est important et plus la variété des parties proposées est importante.  Les salles qui proposent une maigre variété de types de parties ou de variantes sont hélas des salles peu fréquentées. Seuls le Winamax et PokerStars proposent toutes les variantes légales en France. Les autres salles se contentent le proposer du Texas Hold’em et de l’Omaha.
  • L’ergonomie de jeux,  la possibilité d’effectuer des réglages  personnalisés, la qualité du logiciel, de l’application ou du programme pour navigateur, l’expérience de jeu sont plus ou moins réussies et agréables.  Par exemple, le re-player de BetClic et d’Unibet est une catastrophe. Le re-player n’est certes pas l’outil le plus utile, mais lorsqu’il est à ce point peu pratique, cela devient un handicap. À l’opposé, une room comme Winamax propose beaucoup d’options de réglages qui permettent même de paramétrer des raccourcis de jeux. Il existe donc de vraies différences en termes d’expérience utilisateur, d’une room à l’autre. Ici Winamax devance tous ses concurrents,  puis arrive PokerStars, ensuite c’est au tour de PMU, Bwin et PartyPoker et enfin BetClic et Unibet. Noter que PMU, Bwin et PartyPoker utilisent le même logiciel et que BetClic Unibet utiliser ensemble un autre logiciel, celui du réseau IPoker (on parle aussi de “skins” pour désigner ces logiciels qui ont une apparence similaire). On dit que ces salles de poker en ligne fonctionnent en réseau. PokerStars et Winamax sont des salles de poker indépendantes. Ces rooms ont leur propre logiciel qu’elles développent en interne.
  • Chaque opérateur de poker en ligne a la main sur le marketing (même pour les salles en réseau). Les offres promotionnelles, les événements (comme les tournois online ou en live),  les freerolls, les programmes de fidélités sont très différents d’une salle à l’autre. En matière de promotion et d’offres commerciales, c’est encore une fois Winamax qui est largement devant tous les autres. En retrait, il y a PMU,  PokerStars et Unibet. Les autres ne proposent globalement pas grand-chose d’exceptionnel.
  • Le niveau de jeu des adversaires. Si vous êtes un piètre joueur de poker, quelle que soit votre room, vous serez perdant (la bonne nouvelle c’est qu’avec un peu d’entraînement, en lisant quelques tutos ou livres, en visionnant des vidéos réalisés par des pros sur YouTube par exemple, vous pouvez vous améliorer !).  En revanche, si vous êtes un peu meilleur que la plupart des autres joueurs de vos limites habituelles, sachez que vous avez un avantage encore plus important dans les opérateurs de poker sur internet les moins fréquentées, car le niveau général il est souvent plus faible.
  • Les options de paiement sont à peu près les mêmes partout et aujourd’hui aucune room ne prélève plus de frais ni sur les dépôts ni sur les retraits. En revanche,  certains intermédiaires de paiement prélèvent quelquefois des frais. Même si ces frais ne sont pas très élevés, je vous encourage toujours à utiliser le moyen de paiement le moins onéreux.
  • L’assistance technique était quelquefois problématique il y a une décennie,  mais aujourd’hui, tous les opérateurs agréés ARJEL proposent un support technique d’un niveau tout à fait correct.  Ce n’est donc, à mon avis, pas un critère de choix, d’autant plus que les logiciels de tous les opérateurs fonctionnent bien à l’heure actuelle.
  • Le rake  est un prélèvement qui est effectué par les salles de poker online sur les mises des joueurs.  Globalement, en cash game le rake tourne autour de 6.5 à 7 % et en tournoi et en sit and go, celui-ci est très variable.  Il peut aller de 10 à 20 % suivant le type de partie et suivant la limite. Évidemment, je vous encourage à choisir les rooms qui pratiquent un rake raisonnable à la limite à laquelle vous jouez.  Sur ce point, je préfère ne pas donner le classement, car cela n’aurait pas de sens. En effet, il faut vérifier la limite, le type de partie à laquelle on participe et le taux de prélèvement correspondant. Ici, c’est du cas par cas.

 

Justificatifs :

Inscription dans une room de poker en ligne légale :

  Important : En France, pour s’inscrire dans une salle de poker en ligne agréée ARJEL, le processus est le même, quel que soit l’opérateur.  Il faut savoir que l’ARJEL impose aux opérateurs d’effectuer des vérifications avant de valider chaque nouveau compte client. Ces vérifications administratives peuvent sembler un peu contraignantes, j’en conviens, mais, c’est le prix que la sécurité des consommateurs. Voici la procédure d’inscription dans une salle de poker en ligne légal en France :

  1. Remplir le formulaire d’inscription disponible sur chaque site de poker en ligne légal.
  2. Faire parvenir à son opérateur (au plus tard, dans un délai d’un mois,  après l’inscription) par mail, via l’interface utilisateur du site internet, ou encore par fax, ou par courrier postal, un justificatif d’identité (copie de la carte d’identité ou copie du permis de conduire ou encore copie du passeport) et un justificatif bancaire (RIB). Notez que dès que le compte joueur est créé, le nouveau joueur peut  effectuer un dépôt d’argent, s’il le souhaite et débuter une partie de poker après avoir télécharger le logiciel, l’application ou encore utiliser un navigateur internet, pour jouer sans téléchargement.
  3. Dès que la salle de poker en ligne a reçu les justificatifs demandés, celle-ci les vérifie,  notamment pour savoir si le nouvel inscrit et bien majeur. Puis la room fait parvenir par voie postale, un courrier, contenant un code de validation définitif, aux nouveaux inscrits.
  4. Quand le joueur reçoit ce courrier, il doit saisir le code de validation dans l’espace personnel de son compte joueur.  Ce n’est qu’après cette dernière formalité, que le compte joueur devient définitif.

 

Comment jouer au poker en ligne ?

Il existe plusieurs façons de jouer au poker en ligne :

  1. En téléchargeant un logiciel de poker sur son ordinateur.
  2. En jouant directement dans un navigateur internet.
  3. En téléchargeant une application sur un smartphone ou sur une tablette.

Le poker en ligne sur ordinateur, en téléchargeant un logiciel :

Le plus souvent, pour jouer au poker en ligne, on utilise un logiciel à télécharger sur son ordinateur.  Ce logiciel est un programme qu’il faut télécharger depuis le site internet de l’opérateur (cette opération prend de 2 à 3 minutes si vous disposez d’une connexion internet correcte).  Lorsque l’archive est téléchargée sur votre ordinateur, il faut double-cliquer dessus pour l’ouvrir et engager l’installation. L’installation dure de 2 à 4 minutes en moyenne. Dès que le programme informatique est installé sur votre ordinateur, vous pouvez vous connecter au moyen des identifiants que vous avez créés en remplissant le formulaire d’inscription.  Votre date de naissance vous est aussi demandée pour vous connecter.

Une fois connecté au logiciel de poker, vous pouvez choisir de jouer en mode argent fictif,  c’est-à-dire pour le plaisir ou pour apprendre ou en mode argent réel, après avoir déposé une somme sur votre compte joueur (ou être parvenus dans les places payées dans des freerolls).

Le lobby est la fenêtre principale du logiciel qui permet de choisir parmi les types de parties, les variantes, les limites et les options de tables. Lorsqu’une partie est sélectionnée, vous n’avez plus qu’à vous “asseoir” et commencer à jouer.

 

Lobby d'un site de poker en ligne.

 

Outils permettant de mieux jouer au poker en ligne :

Quand on est un joueur débutant, une seule table suffit largement,  mais lorsqu’on commence à prendre un peu d’expérience, on peut ouvrir une deuxième table, puis une troisième et ainsi de suite.  Certains sont à l’aise avec deux tables, d’autres avec 4, d’autres avec 6 ou 10 ou 20 tables. C’est une question de goût et d’expérience.  Être à l’aise avec un certain nombre de table, cela veut dire être gagnant à votre limite habituel. Si vous êtes gagnant avec 3 tables, il est inutile d’en ouvrir 4 ou 6.

Quand on joue sur plusieurs tables en même temps, il peut être compliqué de prendre des notes sur chacun de ses adversaires et de suivre les actions de chaque table, tout en restant concentré.  C’est la raison pour laquelle il existe des outils additionnels qu’on appelle des trackers de poker. Ces outils, qui sont autorisés par les salles le poker en ligne, enregistrent les actions de jeux et les statistiques  de tous les joueurs présents à votre table, dans une base de données et affiche, en surimpression de la table de poker dans un HUD (Head-Up-Display en Anglais), les statistiques que le propriétaire du logiciel aura choisies. Les traqueurs sont des outils d’aide à la décision légaux en France, du moment que les données recueillies le sont pendant les parties auxquelles le propriétaire participe (il est interdit d’acheter ou d’échanger les données de parties auxquelles on n’a pas soi-même participé).  Les trackers de poker les plus connus sont Holdem Manager, PokerTracker, PokerCopilot, Xeester. Tous ces outils proposent une période d’essai gratuite d’un mois. Ces logiciels peuvent être pour certains acquis dans une fourchette d’une soixante à 150 dollars (ou euros). Xeester, quant à lui, fonctionne avec un abonnement. Ces 4 logiciels sont très performants et sont les quatre d’un très bon niveau.

Le poker en ligne sans téléchargement :

Certains joueurs de poker en ligne ne souhaitent pas, ou n’ont pas la possibilité d’installer un logiciel directement sur leurs ordinateurs.  Certaines rooms online ont prévu une solution : le jeu directement dans un navigateur internet. Pour que ce procédé fonctionne, le navigateur internet doit être équipé de Flash Player (lien de téléchargement gratuit : https://get.adobe.com/fr/flashplayer/). Les rooms qui permettent de jouer dans un navigateur c’est-à-dire sans téléchargement sont Winamax, BetClic, Unibet et Bwin.

Jouer au poker en ligne dans un navigateur internet permet  de s’affranchir du système d’exploitation. Cela signifie qu’on peut jouer de la même manière sur un PC équipé de Windows, sur un Mac qui marche avec Mac OS X, ou encore sur un ordinateur qui fonctionne sous Linux.

Le poker en ligne gratuit :

L’inscription, le téléchargement, l’installation, l’utilisation des programmes de poker en ligne agréés ARJEL sont entièrement gratuits. Quiconque ouvre un compte joueur chez un opérateur agréé ARJEL à tout à fait la possibilité de jouer uniquement en mode argent  fictif, c’est à dire sans jamais effectué de dépôt d’argent. Tous les joueurs ont aussi la possibilité de participer à des freerolls (qui rapportent de l’argent sans en miser), sans contrepartie. Certains joueurs, grâce aux freerolls se sont même créés progressivement une bankroll, sont jamais avoir eu besoin déposer un seul centime sur leur compte joueur.

Bien sûr, les joueurs ont aussi la possibilité le déposer de l’argent et de participer à des parties payantes.  Lorsqu’on se connecte à son compte joueur, on constate qu’il y a une distinction très nette entre le mode argent fictif et le mode argent réel.

Le poker en ligne sur mobile :

Comme d’habitude, Winamax a été le premier opérateur à sortir une application permettant de jouer au poker online sur mobile.  Depuis, tous les autres opérateurs proposent une application permettant de disputer des parties de poker en ligne directement sur un smartphone ou une tablette.  Pour obtenir une application, il y a 2 solutions.

  1. La première consiste à se rendre directement sur le site internet de l’opérateur et à télécharger, puis à installer l’application en question.  
  2. L’autre solution consiste à aller sur le store correspondant au système d’exploitation de votre appareil mobile,  à rechercher le nom de l’opérateur, à télécharger et à installer l’application mobile. Sur iOS, il suffit de se rendre dans l’Apple Store. Sur Android, on utilise le Google Play et lorsqu’on dispose d’un appareil fonctionnant avec Windows Phone, on se rend sur le Windows Store (il n’y a que Winamax qui est disponible sur la plateforme Windows Store).

Les particularités de jeu de poker en ligne :

Conseils pour gagner au poker en ligne :

  • Débuter une session de jeu que lorsqu’on est en forme,  bien dans sa peau, bien dans sa tête.
  • Se fixer un temps maximum pour une session de jeu et le respecter.  Si vous débutez un tournoi, penser à faire une vraie pause (pendant le temps de pause prévu par le logiciel de jeux) et à vous lever de temps en temps, histoire de vous dégourdir les jambes.
  • Il ne faut commencer une session que si vous êtes confortablement installé et que vous avez le temps nécessaire devant vous.
  • Il faut jouer en fonction de votre niveau et de votre bankroll (c’est votre capitale de jeux).  Garder en mémoire que chaque limite de jeu représente un niveau moyen.  Il est inutile de chercher à passer  à la limite supérieure si vous ne battez pas les joueurs réguliers de votre limite actuelle.
  • Une gestion de bankroll est indispensable pour progresser et gagner.
  • Lorsque vous montez d’une limite, faites-le très progressivement, tout en continuant à jouer à votre limite habituelle.
  • N’ouvrez pas plus de tables que vous ce que vous maîtrisez.  Certains joueurs sont à l’aise avec une table, d’autres avec 4 ou 6.  L’augmentation du nombre de tables doit être progressive.
  • Si vous sentez que vous tiltez (le tilt est un état dans lequel se trouve un joueur qui perd soudainement toute notion de la rationalité. Cela arrive souvent après un bad beat,  c’est-à-dire un mauvais coup perdu par manque de chance alors que vous étiez pourtant favori au départ), quittez toutes les tables, le plus vite possible. Ne revenez vous asseoir que lorsque vous avez retrouvé vos esprits (même si c’est après plusieurs heures voir plusieurs jours). Le tilt est la pire chose qui peut arriver un joueur de poker en ligne,  car le tilt fait perdre la sensation du seuil de douleur et au-delà de ce seuil, un joueur peut tout perdre très rapidement, sans s’en rendre compte dans l’instant.
  • Pour progresser au poker, il faut lire des livres, des articles de blogs sur le sujet, regarder les vidéos des pros,  tester votre culture avec des quizz, passer en revue vos propres sessions de jeu (un tracker peut-être utile). Le coaching peut aussi être une solution (bien qu’un peu onéreuse). Les poker schools (écoles) des différents opérateurs de poker en ligne sont des outils gratuits, dans lesquels vous pouvez glaner de précieux conseils.
  • Si vous habitez dans une ville dans laquelle vous pouvez pratiquer le poker live, c’est un excellent complément à vos sessions de poker en ligne.  Sachez qu’il existe des clubs de poker amateurs dans toutes les villes moyennes (ou grandes) de France.
  • N’hésitez pas à échanger sur les stratégies avec vos amis joueurs de cartes, ou avec d’autres joueurs sur des forums tel que celui de Club Poker.
  • Pour progresser dans n’importe quelle variante, il faut non seulement se documenter,  réfléchir sur le sujet, échanger avec d’autres personnes, mais aussi jouer, jouer et jouer encore. Il ne s’agit pas de jouer bêtement, mais de jouer en réfléchissant à chaque action,  à votre stratégie générale, en cherchant à comprendre les adversaires, ainsi que les dynamiques des tables.
  • Certains  joueurs ont des capacités de calcul intéressantes, d’autres sont plus fort dans le profilage, d’autres encore ont une capacité d’adaptation rare.  Chacun doit trouver ses qualités et tenter de les améliorer pour gagner au poker en ligne. Nous possédons tous aussi nos faiblesses. Cherchez donc identifiez vos talons d’Achille et mettez votre énergie à corriger vos faiblesses. Chercher à résoudre vos faiblesses au poker est aussi déterminant que parfaire vos points forts.
  • Si malgré tous vos efforts,  vos remises en cause, vos réflexions,  vous êtes un joueur perdant où que vous ayez le sentiment de stagner,  n’hésitez pas à faire une pause, même un peu longue. Le poker est un jeu riche et intéressant, mais il y a aussi beaucoup d’autres choses à découvrir dans la vie. Ne négligez pas vos amis, votre famille,  votre travail, vos autres hobbys. Rappelez-vous toujours qu’il n’y a pas que le poker dans la vie !

S’adapter au poker en ligne :

Le rythme de jeu :

Le rythme des parties dans les salles de poker en ligne s’enchaine rapidement, particulièrement si on joue sur plusieurs tables à la fois. En effet comme, la distribution des cartes est automatique, il n’y a pas de temps perdu à attendre que le dealer soit prêt, qui batte les cartes, qu’il les distribue, sans se tromper, sans fausse donne. Non seulement la distribution de cartes est extrêmement rapide, mais le temps imparti à chaque joueur est strictement limité dans le temps, ce qui permet d’accélérer le rythme de chaque coup. Pendant la distribution de cartes, il y a peu d’informations à prendre à part peut-être le repérage des joueurs qui foldent avant leur tour. Une enquête rapide sur les joueurs présents à une table permet d’identifier ceux qui multi-tables un grand nombre de tables et qui ont une attention assez faible à chacune d’elles. Ce sont souvent des joueurs qui ont une manière de jouer de type ABC, c’est à dire automatique et qu’il est souvent possible de voler, car ils défendent peu leurs blindes.

Peu de tells :

L’observation des timing tells permet de prendre des notes sur le temps que mettent les joueurs à réagir suivant les situations. Jouent-ils rapidement ou lentement ? existe-t-il des ruptures dans leur rythme de jeux ? Comment réagissent-ils quand la décision à laquelle ils sont confrontés est difficile à prendre ?

Dans la catégorie des tells, on range le nom du joueur ou plutôt son pseudo. Il existe, par exemple, des théories sur la manière dont le pseudo est écrit. En majuscule en minuscule, sur ce qu’il désigne. Mais dans la mesure où ces théories sont assez connues on peut imaginer facilement, que des joueurs avertis choisirons davantage des pseudos ressemblant à ceux des débutants.

La majorité des patterns, dans le jeu online viennent de la manière de miser. Quel type de mise effectue notre adversaire ? Aime-t-il limper ? Aiment-ils relancer ? Est-il un adepte des continuations bets, des 3 bets, des 4 bets ?

Comment se comporte-t-il à la trun, à la river ? Bluff-t-il beaucoup ? Est-il serré ou large ? Toutes ces indications peuvent être observées et faire l’objet de notes. Elles peuvent aussi être fournies par un traqueur comme Holdem Manager qui va patiemment, main après main, enregistrer des statistiques exactes sur les manières de jouer de chacun des joueurs des tables auxquelles nous participons.

Rapidité et logique :

HUD d'un tracker de poker online. Sur Internet, les éléments de prise de décision sont souvent en rapport avec le jeu pur, comme la texture des bords, la qualité des mains, l’évaluation des rangs, le calcul des outs, ainsi que les données fournies par un tracker (si on s’en sert), ou l’observation des patterns de jeux. Le type de données disponible détermine la manière d’agir et de penser l’action. Les données brutes, les statistiques (quand on possède), l’interprétation de ces données sont essentielles pour conduire des actions. Il faut donc se montrer attentif aux différentes dynamiques de jeux pour en tirer parti.

 

Les tapis profonds sont rares :

À part quelques tournois deepstack comme certains tournois internationaux, où le cas du cash-game dans lesquels les joueurs ont réussi à prendre plusieurs caves alors l’adversaire, les tapis sont souvent peu profond, ce qui induit un type de jeu très particulier, notamment lors de sit and go de tournoi turbo, dans lesquels la pression des blindes est souvent très importante.

À quoi ressemblent les joueurs ?

Le profil des joueurs dépend, en vérité, du niveau de la limite à laquelle on joue et parfois aussi de la variante. Dans certains sit and go rapides à base de loterie, par exemple le Spin and Go, l’Expresso, on rencontre une grande proportion de joueurs récréatifs, à toutes les limites.

Sur internet le jeu est à la fois rapide et énergique. C’est-à-dire qu’il y a beaucoup d’action, avec parfois des mains très light. Les joueurs aiment relancer, sur-relancer et les trois ou quatre bets ne sont pas rares.

Limp = joueur récréatif :

On reconnaît les joueurs débutants à leurs limps. En effet, ceux-ci adorer limper preflop (ou suivre). Alors que les joueurs qui ont un peu plus d’expérience chercheront à entrer dans un coup en relance, la plupart du temps.

Le confort de jeu :

Devant son écran d’ordinateur ou de smartphone, on peut être assis tranquillement sur une chaise, sur un fauteuil ou même couché sur son lit, personne ne s’en rend compte. La tenue vestimentaire est tout à fait libre. Elle peut être des plus légères, voir inexistante. On peut également boire (sans alcool) et manger à volonté, écouter de la musique de son choix. Bref on est chez soi et on joue comme on veut. Il est même possible de jouer plusieurs parties en même temps. Les traqueurs peuvent apporter une aide décisionnelle importante. Cela permet de suivre plusieurs tables en même temps, avec une attention moindre que si l’on ne disposait pas de ces outils de tracking. De plus, il est possible, après une session de revoir les coups et de les analyser.

Des enjeux parfois sans rapport avec la mise de départ :

Depuis quelques années, sur Internet on a vu arriver des sit and go dont Les Prize pools sont sans rapport avec le buy-in demandés. Dans des sit and go comme le Spin and Go ou l’Expresso, la mise de départ peut être multipliée par 10 000, alors que seulement 3 joueurs ont payé un buy-in. Ce jeu, très inspirée de la loterie est parfois déconnecté de la réalité des partis classiques, mais plait beaucoup aux gambleurs. Les enjeux au poker sont donc très variables.

  Je joue avec Winamax

Les joueurs de poker en ligne et l’imposition :

Les joueurs de poker récréatifs ne sont pas imposables.  Pour un joueur occasionnel, les revenus qu’il tire du poker  n’ont pas besoin d’être déclarés aux impôts.

C’est très différent si les revenus issus du poker deviennent habituels, élevés et particulièrement s’ils dépassent les autres types de revenus.

En effet, l’administration fiscale française distingue les joueurs occasionnels,  même si ceux-ci peuvent de temps en temps peut faire une belle performance, des joueurs professionnels ou tout du moins des gagnants réguliers. Dans ce cas, les joueurs doivent déclarer leurs gains au titre des “bénéfices non commerciaux”. Si vous vous trouvez dans cette situation, je vous recommande de ne pas négliger cette déclaration, car les services fiscaux français  de même que les tribunaux se montrent intransigeants (plusieurs joueurs de poker semi-professionnel et professionnel en ont fait les frais avec pénalité allant jusqu’à 80 %).

Les informations de cette page vous ont-elles été utiles ?
[Total: 1 Moyenne : 4]
 
 
Première publication, le .
Dernière mise à jour le .

Auteur : Fred pour ludo9.com

 

À lire aussi :

 
 
table-poker-en-ligne-180614